La plateforme mondiale Women of the World reprend en ce mois d'octobre, mois du deuil périnatal, la campagne pour le soutien au deuil périnatal et le traitement digne des bébés qui meurent avant la naissance, répondant ainsi au besoin d'un très grand nombre de mères et de pères qui portent cette blessure dans leur cœur, autant de familles avec un souvenir amer et un adieu qu'elles n'ont pas pu donner.

En cas de décès d'un enfant à naître, dans le cadre du protocole de deuil, nous demandons que les parents reçoivent des informations complètes sur le traitement du corps, les options d'enterrement et que les corps ne soient PAS collectés dans les mêmes conteneurs que les restes chirurgicaux.

À cette fin, la plateforme a lancé une campagne de collecte de signatures et travaille intensivement avec les responsables de la politique de santé dans différents pays.

Vous pouvez signer la pétition ici : https://womenworldplatform.com/ante-la-muerte-de-un-bebe-antes-de-nacer/

De nombreuses études soulignent l'importance, tant sur le plan anthropologique que psychologique, du rite funéraire dans le processus d'acceptation d'une perte ; il est également juste et nécessaire que les parents disposent de toutes les informations sur les options qui existent en matière de sépulture.

Vous pouvez lire et télécharger ici notre rapport psychologique préparé par un expert psychologue.

Chaque pays a sa propre législation et il est vrai que des progrès sont visibles au niveau politique et hospitalier, mais il n'en reste pas moins que, dans l'ensemble de la société, le deuil périnatal est un cri silencieux qui reçoit peu d'empathie.

La nécessité d'aller dans cette direction fait certes l'objet d'un consensus général, mais il existe peu de législation et peu de mesures pratiques pour transformer les bonnes intentions en actions. Par exemple, aux États-Unis, seuls 10 des 50 États ont des lois concernant l'enterrement des restes fœtaux. En Espagne, bien que la Cour constitutionnelle ait rendu un arrêt autorisant les parents à prendre soin du corps de leur bébé, les parents ne sont pas informés et aucun mécanisme n'est mis en place pour faciliter l'enterrement et l'adieu.

Notre plateforme préconise 3 propositions de base qui représentent un premier changement radical dans l'accompagnement du deuil :

  1. qu'un conteneur spécifique soit utilisé pour les corps des bébés, qui ne sont pas considérés comme des restes chirurgicaux. Parce que mon bébé n'est pas la même chose qu'un kyste ou un appendice.
  2. que les parents se voient proposer d'assister à la crémation systématique du contenu du récipient dans lequel les restes de leur bébé ont été recueillis.
  3. que tout cela est rapporté dans un protocole hospitalier qui est remis aux parents par défaut. Un protocole qui explique ce qui va se passer et les options dont disposent les parents pour donner leur consentement exprès.

À cette fin, la plateforme a lancé une campagne de collecte de signatures et travaille intensivement avec les responsables de la politique de santé dans différents pays.

Vous pouvez rejoindre la collection de signatures ici : https://womenworldplatform.com/ante-la-muerte-de-un-bebe-antes-de-nacer/

 

Partagez !