Nous avons porté à l'ONU les demandes et les propositions que nous avons présentées lors de la manifestation En Femenino Sí y En Masculino También.

La 63e session de la Commission de la condition de la femme, qui s'est déroulée du 11 au 22 mars 2019 au siège des Nations unies à New York, vient de se terminer.

Depuis plusieurs années, Women of the World assiste et participe à divers événements. Cette année, nous l'avons fait main dans la main avec deux entités avec lesquelles nous collaborons et qui se sont jointes à la manifestation de mars, BE Human Construye et l'Association civique nationale des femmes du Mexique.

Nos revendications, propositions et dénonciations ont été présentées le 21 mars dans le cadre d'un événement qui ne pouvait pas mieux nous correspondre : Hommes & Femmes, égaux mais différents. L'exposition a été brillamment réalisée par Cecilia Serrano Núñez.

 A la fin de l'événement, le groupe de représentants des entités adhérentes à la manifestation du 10 mars a pris une photo avec le logo comme une manière de rejoindre physiquement la manifestation. Merci !

Notre message brise les frontières et Women of the World se positionne comme une référence internationale. Nous continuons à prendre des mesures, à apprendre, à agir.

CE SONT NOS 8M : 8 Mensonges + 8 Motifs + 8 Mesures + 8 Voies

 

8     Mensonges que nous dénonçons

 

  1. C'est un mensonge de croire qu'il n'y a pas de différence entre les sexes au-delà de celles qui sont imposées par la société.
  2. C'est un mensonge de dire qu'il n'y a pas d'identité féminine et que les femmes jouent le même rôle que les hommes.
  3. C'est un mensonge que, parce qu'elles ont souffert de discrimination tout au long de l'histoire, les femmes d'aujourd'hui méritent une discrimination positive et un système de quotas qui leur donne des chances égales.
  4. C'est un mensonge que les femmes ne peuvent être épanouies que si elles travaillent en dehors de la maison.
  5. Il est faux de dire que la discrimination à l'emploi, l'écart salarial et l'inégalité des chances sont le résultat d'une société patriarcale et sexiste.
  6. Il est faux de dire que les femmes sont toujours des victimes et que les hommes sont toujours violents et des abuseurs potentiels.
  7. C'est un mensonge que les femmes puissent louer leur corps à des fins lucratives.
  8. Il est faux de dire que la lutte pour les droits des femmes et l'égalité réelle a besoin de financements et de subventions de l'État pour être efficace et pour briser les structures sexistes.

 

8     Motifs qui nous poussent à agir

  1. Parce que la société perd la moitié de sa valeur lorsqu'elle ne reconnaît pas la complémentarité et la réciprocité enrichissantes entre les hommes et les femmes. Les hommes sont nos alliés et nos partenaires, ceux qui complètent le cercle.
  2. Parce que nous, les femmes, voulons être, dans tous les domaines, ce que nous sommes : des femmes.
  3. Parce que ce dont nous avons besoin, c'est d'équité et non de privilèges.
  4. Parce que la société, la politique et le monde du travail doivent reconnaître et valoriser le dévouement à la famille et aux personnes dépendantes.
  5. Parce que les femmes sont discriminées dans le monde du travail parce qu'elles sont mères, et non parce qu'elles sont femmes. Il est nécessaire d'affronter le mobbingmaternel.
  6. Parce que nous rejetons toute violence à l'égard des femmes et toute violence domestique, qu'elle vise les femmes, les enfants, les personnes âgées ou les hommes.
  7. Parce que nous voulons que la dignité des femmes et leur corps soient respectés.
  8. Parce que les budgets doivent aider les femmes en situation de vulnérabilité particulière (femmes battues, enceintes sans ressources, avec dévouement à la famille, personnes dépendantes...) et non financer des chiringuitos idéologiques.

8     Mesures que nous exigeons

 

  1. Nous demandons l'élimination des lois idéologiques sur le genre qui ne respectent ni ne reconnaissent l'identité féminine et la complémentarité des sexes.
  2. Nous demandons l'élimination des quotas et de la discrimination positive.
  3. Nous demandons des horaires de travail flexibles, le télétravail, des horaires intensifs et des contrats à temps partiel.
  4. Nous demandons une visibilité sociale et une reconnaissance politique du dévouement exclusif à la famille et aux personnes dépendantes.
  5. Nous demandons la reconnaissance législative de la mobbingLe congé de maternité comme forme spécifique de discrimination dans l'emploi à l'encontre des femmes en raison de leur maternité.
  6. Nous exigeons la présomption d'innocence, la justice et l'égalité face à la violence domestique. Et une justice impitoyable pour les harceleurs, les violeurs et les meurtriers.
  7. Nous exigeons que le corps des femmes ne fasse pas l'objet d'un commerce : interdiction effective de la gestation pour autrui et poursuite de l'exploitation sexuelle.
  8. Nous demandons la suspension du financement de l'entreprise du genre et qu'il soit utilisé pour aider les femmes les plus vulnérables.

8 façons pour ce faire

  1. Reconnaître les différences.
  2. Conternura et la sensibilité.
  3. Par un dialogue objectif.
  4. Être une femme fière.
  5. Comprendre avec empathie les implications de la maternité.
  6. La garde de la famille.
  7. Se trouver des alliés.
  8. Canaliser les efforts vers ce qui est vraiment nécessaire.