Le 19 avril, notre plateforme a co-organisé un événement parallèle lors de la 54ème session du Comité des politiques de développement. Notre coordinatrice générale, Leonor Tamayo, a pris la parole lors de cet événement.

Le thème de l'événement est d'une importance cruciale pour notre plateforme :

Vers la pleine liberté professionnelle des femmes

 

Un événement au cours duquel la situation sociale de la consécration exclusive de la famille a été analysée et une grande variété de propositions sociales et politiques ont été mises sur la table, ainsi que les bonnes pratiques développées dans certains pays.

La présentation de Leonor Tamayo a porté sur la situation sociale du dévouement à la famille et sur la manière dont il est présenté à l'ensemble de la société par les organismes officiels.

Notre coordinatrice a exposé que le dévouement à la famille est présenté comme une "gestion automatique", comme s'il était indifférent de savoir qui les réalise, et comme un frein et un obstacle au développement professionnel des femmes. Plus précisément, dans l'Agenda 2030, nous pouvons souligner ces points :

1.- la vie professionnelle est considérée comme le seul moyen pour les femmes de s'épanouir.

Il n'est pas fait mention de la valeur de l'éducation et de l'instruction des enfants pour les femmes, ni des conséquences sur leur bonne croissance.

3.- La valeur sociale de la maternité n'est pas prise en compte.

4.- La professionnalisation des soins est présentée comme la seule issue possible.

La "coresponsabilité" est présentée comme une lutte entre les sexes ; les soins domestiques sont considérés comme une charge injuste qui incombe uniquement aux femmes. Aucune référence n'est faite à l'importance du rôle du père dans la famille.

En les présentant comme une charge, les soins sont rejetés, ce qui explique pourquoi les jeunes ne veulent pas avoir d'enfants ou de "responsabilités familiales".

Notre coordinateur a également déclaré que, bien qu'il soit largement connu que les soins à domicile représentent environ 30% du PIB, ils ont été exclus du système de comptabilité nationale et, par conséquent, le travail de soins à domicile est considéré comme "improductif" et les parents à temps plein sont considérés comme "sans emploi" à des fins économiques, juridiques, politiques et socio-économiques.

Il a également souligné la nécessité de faire des propositions et de continuer à se battre pour les politiques familiales. Mais nous devons être conscients de ce que nous avons sur les bras et orienter nos actions dans la bonne direction. ?Les ennemis de la famille ont aujourd'hui leur feuille de route, leur langage et leur calendrier. Et nous ne pouvons pas l'ignorer?.

 

Vous pouvez regarder l'événement complet ici : https://www.youtube.com/watch?v=_BbrYJLLQCI  l'intervention de Leonor Tamayo, à partir de la minute 18