Des centaines de personnes à Madrid défendent la féminité et la masculinité ?par opposition au féminisme qui oppose les hommes et les femmes les uns aux autres ?

 

-       Lors de cet événement, organisé par la plateforme "Women of the World" et soutenu par 51 associations de 21 pays, des slogans tels que "femme et homme, complémentaires", "féminité, maternité", "mère et père, ne pas manquer" ont été scandés.

-       Leonor Tamayo : "Aujourd'hui, on essaie d'associer les hommes à la violence alors que la maternité est acculée. Nous voulons être des femmes à part entière et nous avons besoin d'hommes virils et chevaleresques".

 

MADRID, 10 MARS 2019. Ce dimanche matin, des centaines de personnes se sont réunies pour la première fois dans le centre de la capitale espagnole pour pour défendre la féminité et la masculinité "face à un féminisme qui oppose les hommes et les femmes".

L'événement a été organisé par la plateforme Women of the World présidé par Leonor Tamayo et a été soutenu par 51 associations de 21 pays. Les participants sont partis de la Plaza de Isabel II (Opéra) pour finir à la Puerta del Sol. En tête de la manifestation, une grande banderole reflétait le principal slogan : ?Dans Women's Yes. En homme aussi...

Déjà à la Puerta del Sol, et au rythme d'une musique épique, les journalistes Javier Villamor et Inmaculada Fernández a présenté l'événement, qui a débuté par l'exposition du manifeste "8M". 8 Mensonges + 8 Motifs + 8 Mesures + 8 Voies que quatre femmes ont lu.

Parmi les mensonges qui ont été dénoncés, on peut citer les suivants ?que les femmes sont toujours les victimes et les hommes toujours les violents et les abuseurs potentiels ?

Parmi les raisons qui ont conduit les organisateurs à organiser la manifestation, on peut citer les suivantes ?les femmes sont discriminées dans le monde du travail parce qu'elles sont mères, et non parce qu'elles sont des femmes ? Elle a également exigé le ?abrogation des lois sur le genre qui ne respectent pas et ne reconnaissent pas l'identité féminine et la complémentarité des sexes, ainsi que la ?l'élimination des quotas et la discrimination positive.

Hommage aux hommes

Pour sa part, l'écrivain Alicia Rubio, auteur du livre "Cuando nos prohibieron ser mujeres y os persiguieron por ser hombres" ("Quand ils nous ont interdit d'être des femmes et vous ont persécutés pour être des hommes"), est intervenue pour affirmer que "en Espagne les femmes ne sont pas dans une situation d'infériorité ou de discrimination. De plus, beaucoup d'entre nous commencent à penser que ce sont les hommes qui sont discriminés par la loi.....

La fermeture Leonor Tamayo, responsable de la manifestation, a assuré qu'elle n'est pas une "féministe" et qu'elle ne "veut pas l'être" parce qu'elle n'est pas une "féministe". ?le féminisme aujourd'hui signifie confrontation, lutte, mépris des hommes. Et je veux une société dans laquelle les hommes et les femmes sont égaux devant la loi mais dans laquelle les merveilleuses différences entre les deux sont reconnues et valorisées.....

Le moment le plus émouvant s'est produit à la fin du discours de M. Tamayo, lorsqu'il a invité les personnes présentes à rendre hommage à l'Union européenne. ?un hommage aux hommes ? Lorsque dix hommes sont montés sur scène, le président de Women of the World s'est adressé à eux en ces termes : Ne cessez pas d'être qui vous êtes. Nous avons besoin que vous soyez masculin, viril, gentleman. Nous t'aimons comme ça et nous t'aimons comme ça.

50 partenariats dans 20 pays

Parmi les associations qui se sont jointes à l'initiative figurent les associations espagnoles Abogados Cristianos, HazteOir.org, Enraizados, Familia y Dignidad Humana, Feminidisidencia, Familias Numerosas de Madrid, Remar, Genmad, Instituto de Política Familiar, Temps de Dones et Profesionales por la Ética. Parmi les étrangers, Asociación Cívica Femenina (Mexique), Canada Silent NoMore, Femina Europa (France), Moms For America (États-Unis), Unidos por la Vida (Colombie) et Woman Attitude (Belgique).

En tête de la manifestation, portant la bannière avec le slogan, se trouvaient la présidente de Women of the World, Leonor Tamayo, l'écrivain Alicia Rubio et des représentants des associations membres, comme Mª Ángeles Eyries et Miguel Gómez de Agüero. (Professionnels de l'éthique), Gádor Joya (plate-forme Droit de vivre), José Castro (association Enraciné), Marcos Chicharro (Aviron), Lola Velarde (Institut de la politique familiale), Antonia Carrasco (Genmad) et Teresa García-Noblejas (HazteOir.org).

Photos de la manifestation ici : https://www.flickr.com/photos/womenworldplatform/albums/72157707932653914

DISCOURS COMPLET DE LEONOR TAMAYO

Je suis une femme, je suis une épouse, je suis une mère et je suis une professionnelle. Et je ne suis pas une féministe.

Je défends la féminité, la maternité et la dignité des femmes, mais je ne suis pas une féministe.

Je veux un environnement de travail qui valorise et reconnaisse la valeur ajoutée que la maternité apporte à nos carrières professionnelles, qui ne nous pénalise pas si nous voulons réduire nos heures de travail pour être à l'heure pour aller chercher les enfants à l'école, si nous prenons un congé ou si nous voulons avoir d'autres enfants.

Je ne veux pas que nous soyons ignorés ou humiliés, ou condamnés à la mort sociale si nous choisissons pour un temps, ou pour toujours, de nous consacrer exclusivement à notre famille. Les femmes invisibles, celles dont personne ne parle, sont le mortier de notre société depuis des années. Et aujourd'hui encore, ces femmes invisibles continuent à construire silencieusement des familles et des cœurs sans la moindre reconnaissance sociale.

Je ne suis pas féministe parce que je suis une mère de garçons et de filles et que je veux que la justice soit égale pour les deux. Bien sûr, je veux que mes filles puissent se promener la nuit en toute tranquillité, mais je veux aussi que mes fils ne soient pas victimes de préjugés simplement parce qu'ils sont des hommes. Je veux que mes filles réalisent leurs rêves grâce à leur travail acharné et à leur valeur, et non parce qu'elles sont des femmes, et je veux que mes fils puissent avoir le plaisir de les voir grandir eux aussi.

Je ne suis pas féministe, et je ne veux pas l'être, parce que le féminisme AUJOURD'HUI, signifie confrontation, lutte, mépris des hommes. Et je veux une société dans laquelle les hommes et les femmes sont égaux devant la loi, mais dans laquelle les merveilleuses différences entre les deux sont reconnues et valorisées.

Je veux être féminine, pleinement femme, fière de mes capacités et des qualités propres à mon sexe et avoir besoin de vous, nos chers hommes, pour être masculine.

Aujourd'hui, la masculinité est associée à la violence et la chevalerie au machisme. Et c'est pourquoi nous revendiquons et célébrons également l'identité masculine.

Chers hommes : vous êtes l'autre côté de la balance, notre contrepoids, où nous trouvons la réciprocité. Vous êtes nos compagnons, notre complément parfait.

Vous êtes notre soutien dans les moments difficiles, la raison de nos plus grandes colères et de nos plus grandes joies. Vous êtes ceux qui se heurtent parfois le plus à nous et il semble même parfois qu'un abîme nous sépare tant nous sommes différents.

Vous êtes ceux qui savent nous donner l'autre point de vue, ceux qui nous montrent l'autre côté de la pièce pour que la vision soit complète.

Vous êtes parfois grossier ou d'une sensibilité incompréhensible pour nous.

Vous êtes ceux qui nous prêtent votre manteau quand il fait froid, qui nous ouvrent la porte et nous laissent entrer naturellement.

Vous êtes des hommes, différents de nous, complémentaires et unis dans la réciprocité, à la maison comme au travail, en politique comme dans la culture... Vous êtes la moitié du monde, l'autre moitié qui complète le cercle.

Chers hommes, ne cessez pas d'être qui vous êtes. Nous avons besoin que vous soyez masculin, viril, gentleman. Nous t'aimons comme ça et nous t'aimons comme ça.