Manifeste pour un changement social et productif en faveur des femmes

Manifeste pour un changement social et productif en faveur des femmes

Accueil Manifeste pour un changement social et productif dans l...
Manifeste pour un changement social et productif en faveur des femmes
Manifeste pour un changement social et productif en faveur des femmes

Un regard direct sur le monde du travail du point de vue d'une femme.

Les politiciens signataires, les leaders sociaux et les organisations déclarent que :

  • La maternité fait l'objet de discriminations dans le monde occidental. Le fait d'être mère - ou de vouloir l'être - fait que de nombreuses femmes sont écartées du marché du travail.

  • L'incorporation des femmes sur le lieu de travail a gravement ignoré tout ce qu'elles peuvent apporter à partir de leur identité naturelle, et a négligé les différentes étapes que la maternité définit dans leur carrière.

  • Pour retrouver la pleine identité de la femme au travail, il est nécessaire d'opérer un changement dans la culture sociale et aussi dans le modèle productif afin que la rationalité économique ne soit pas séparée de la personne et que la vie ne soit pas subordonnée aux intérêts du capital. Un nouveau système socio-économique qui reconnaît la famille comme un fondement social est plus que nécessaire.

%%votre signature%%



Pour tout cela, les points suivants sont impératifs : 1. un équilibre réel et positif entre le travail et la famille, qui permet aux femmes et aux hommes d'élever et d'éduquer leurs enfants. Cette conciliation positive consiste à assouplir les horaires, à permettre la réduction du temps de travail et à favoriser le travail à domicile et les responsabilités professionnelles par objectifs grâce à des incitations fiscales en matière de cotisations de sécurité sociale pour les entreprises qui les développent. 2. LA RECONNAISSANCE JURIDIQUE ET CULTURELLE DE LA CONSÉCRATION EXCLUSIVE DE LA FAMILLE. Ce dévouement à la famille implique une immense source de richesse et de bien-être social qui est quantifiable économiquement par le biais du PIB. La non-reconnaissance institutionnelle de la dédicace entraîne une discrimination sociale. Ainsi : - Le dévouement exclusif à la famille devrait être considéré comme une catégorie professionnelle avec accès à la sécurité sociale, aux congés médicaux et à la retraite. - Il faut encourager la réincorporation des femmes qui, en raison de leur dévouement à la famille, ont été écartées du marché du travail. L'État doit le faire de manière subsidiaire par le biais d'avantages fiscaux sur les cotisations de sécurité sociale des entreprises. À cet égard, l'accent doit être mis sur les femmes particulièrement vulnérables, telles que les mères célibataires, veuves ou séparées. 3. LA DÉNONCIATION DE TOUT GESTE DISCRIMINATOIRE ENVERS LES FEMMES ET LA MATERNITÉ. Cela inclut la discrimination à l'encontre des femmes qui travaillent, qui ont des enfants ou qui veulent en avoir, et de celles qui se consacrent exclusivement ou partiellement aux soins de leur famille. Il s'agit également d'éliminer l'écart salarial et l'accès à certains emplois. 4. L'ÉLIMINATION DES POLITIQUES SOCIALES ET IDÉOLOGIQUES AINSI QUE DES PROGRAMMES ÉDUCATIFS QUI NE RESPECTENT PAS L'IDENTITÉ FÉMININE ET LA MATERNITÉ. Plus précisément, la perspective de genre imposée dans les sphères de l'éducation, des affaires et des médias, qui ne reflète pas la réalité, mais la manipule au contraire.
758 signatures = 76% de l?objectif
0
1,000

Partagez cette information avec vos amis :