Le 25 novembre prochain sera la Journée mondiale contre la violence à l'égard des femmes. Comme vous, nous condamnons tous les types de violence, mais il existe un type de violence qui passe inaperçu et qui touche pourtant une grande majorité de femmes : c'est la la violence contre la maternité, avec la discrimination et le harcèlement. Une violence contre la naissance qui se produit en particulier, et de manière plus prononcée, dans l'environnement de travail, est ce qu'on appelle la mobbing maternel  dont souffrent 63% des femmes espagnoles et qui provoque une souffrance intense car elle ne touche pas seulement la femme mais aussi sa famille.

Cette violence silencieuse se manifeste dans la société, dans la politique et dans la fiscalité. Notre environnement rejette la maternité et pousse les femmes à la rejeter également, ce qui entraîne frustration et dépression personnelles.

La dernière enquête de l'INE, publiée en 2019, indique que 3 femmes sur 4 souhaiteraient avoir au moins 2 enfants. Mais ils n'ont pas été en mesure de les avoir.

Est-ce que vous signez le  Manifeste contre le harcèlement de la maternité? vous pouvez le lire ci-dessous

Nous allons collecter des signatures et remettre au ministère de l'égalité et de l'emploi une Manifeste qui met en évidence cette violence contre la maternité et exige l'adoption immédiate de mesures concrètes.

Et nous allons également leur apporter certains des témoignages que vous nous envoyez. Parce que si nous ne leur disons pas, ils ne savent pas, et s'ils ne savent pas, rien n'est fait.

Vous connaissez certainement quelqu'un qui a été touché d'une manière ou d'une autre par cette violence. Parce qu'elle s'est laissée entraîner vers le bas et n'a pas voulu avoir d'enfants et le pleure maintenant en silence, ou peut-être parce qu'elle a souffert... mobbing maternel ou vous ne pouvez tout simplement pas vous permettre d'avoir plus d'enfants parce qu'il n'existe aucune politique fiscale et sociale pour vous aider. Peut-être êtes-vous vous-même cette personne ?

Signez ici le Manifeste contre le harcèlement de la maternité et le partager avec vos contacts.

C'est une étape de plus dans cette course de fond qu'avec votre aide, nous allons gagner.

#stopmobbingmaternel #stopbullyingmotherhood

 Manifeste contre le harcèlement de la maternité

À l'occasion de la Journée contre la violence à l'égard des femmes, de Women of the World condamner toutes les formes de violencenotamment celle produite au sein du foyer, lieu privilégié pour un plein épanouissement personnel.

Et nous affirmons qu'il existe aussi une autre violence, une violence invisible qui touche pourtant une grande majorité sociale : la violence contre la maternité. Pour cette raison,

Nous l'affirmons :

  1. Les femmes ne font pas l'objet de discriminations aujourd'hui, en Occident, parce qu'elle est une femme, mais parce qu'elle est, ou peut être, une mère.

 

  1. La maternité - la famille après tout. est sous-évalué sur le lieu de travail qui vit en tournant le dos à la réalité vitale des travailleurs. Cela conduit à un haut degré de frustration personnelle et à une très grave chute du taux de natalité qui, dans le cas de l'Espagne, a atteint 30 % au cours de la dernière décennie.[1].
  1.   La maternité permet de développer des compétences humaines qui sont un plus dans le développement personnel et la réalisation de la carrière professionnelle.Le préjudice temporaire que peut causer un congé de maternité n'est pas pris en compte.
  1. Un pourcentage très élevé de femmes, le 63% dans le cas des espagnols[2]a été victime de harcèlement au travail parce qu'elle est mère.
  1. Le dévouement exclusif à la famille est également une cause de discrimination à l'égard des femmes en raison de la maternité. maintenant qui est condamné à la mort sociale et dont la contribution inestimable en tant que moteur social est systématiquement ignorée.

 

Et nous exigeons :

  1. Reconnaissance législative du harcèlement maternel (mobbing maternelcomme une forme spécifique de discrimination dans l'emploi à l'encontre des femmes en raison de la maternité, comme le propose la résolution du Parlement européen du 11 septembre 2018.[3].
  1. Prendre les mesures nécessairesprévenir la discrimination au travail en raison de la maternité et favoriser la reconnaissance de la famille comme un avantage social, personnel et professionnel. Voici quelques-unes de nos propositions :
  • Promotion et incitations fiscales pour les horaires de travail flexibles les horaires de travail réels et intensifs, le télétravail, les contrats à temps partiel et la réduction du temps de travail.
  • Disposez de 24 heures par an pour les questions familiales sans justification.
  • Promotion et incitation à la création de les crèches sur le lieu de travail.
  • Extension de l'allocation de maternité jusqu'à la 24e semaine pour faciliter les recommandations de l'OMS sur l'importance de l'allaitement maternel pendant les 6 premiers mois de la vie d'un bébé.
  • Le respect du principe constitutionnel de la contribution fiscale en fonction de la capacité, qui requiert pondération tenant compte des enfants et du revenu par habitant.
  1. La création d'un registre de personnes se consacrant exclusivement à la famille. qui accorde créances éligibles pour la retraite et les congés de maladie les congés de maladie et de maternité, comme demandé par le Parlement européen dans la résolution du 13 juin 2016.[4]et cela se traduirait aussi par des réductions d'impôts pour les entreprises qui embauchent les personnes qui en sont atteintes afin d'encourager leur réinsertion dans la vie professionnelle.

 

#STOPMOBBINGMATERNEL #STOPBULLYINGMOTHERHOOD

[1] https://elpais.com/sociedad/2019/06/19/actualidad/1560938428_722944.html

[2] https://www.womenworldplatform.com/files/20190711132708-informe-mobbing-maternal-.pdf

 

[3] Para 39 de la résolution du 11 septembre 2018 sur les mesures visant à prévenir et à combattre le harcèlement sexuel et psychologique sur le lieu de travail, dans les espaces publics et dans la vie politique de l'Union : P8_TA(2018)0331.

http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2018-0331_ES.pdf

[4]  invite les États membres à introduire des "crédits de soins", par le biais de la législation sur le travail et la sécurité sociale, pour les deux sexes, sous la forme de périodes équivalentes pendant lesquelles les droits à pension peuvent s'accumuler.protéger les personnes qui ont quitté temporairement le marché du travail pour fournir des soins informels non rémunérés à des personnes à charge ou à des membres de la famille et reconnaître la valeur du travail de ces soignants pour la société dans son ensembleRésolution du Parlement européen du 13 juin 2016 sur la création de conditions favorables sur le marché du travail pour concilier vie privée et vie professionnelle (A8-0253/2016, paragraphe 34). http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2016-0338_ES.html?redirect