8 mars 2019, Journée internationale des femmes travailleuses

  • Le 8 mars, nous souhaitons nous souvenir avec satisfaction des femmes qui font partie des forces armées et des forces et corps de sécurité de l'État, et de celles qui consacrent leur activité professionnelle à la communauté stratégique, notamment les centres d'étude et d'analyse, les associations, les initiatives académiques et les initiatives de promotion de la culture de sécurité et de défense.
  • La défense et la communauté politique impliquent une attitude et des valeurs communes qui s'expriment dans l'amour de la patrie. Nous souhaitons donc reconnaître ces femmes qui incarnent l'esprit de sacrifice, la discipline, la bravoure, l'honneur, la camaraderie et l'esprit de service pour le bien commun de l'Espagne.
  • Cependant, nous constatons qu'à cette date, les femmes sont une fois de plus réduites à un nombre et à un jour, ce qui se traduit par une rivalité ou une demande de parité basée sur des chiffres, qui vise à compenser une statistique. L'égalité en nombre n'est pas synonyme d'égalité. Le programme "Femmes, paix et sécurité" encourage la participation des femmes à la résolution des conflits et aux opérations militaires. Dans les domaines de la sécurité, étant donné que l'ensemble du système est axé sur la mission, nous pensons que le véritable défi devrait être l'équité et la complémentarité, et non l'égalité des effectifs dans les postes et les unités. Nous pensons qu'un quota de genre ne permettra pas d'améliorer les politiques de défense ni d'obtenir des résultats dans les missions internationales, car celles-ci dépendent d'une équipe et de capacités, et non de mesures partisanes.
  • Nous, ainsi que de nombreuses autres femmes engagées dans la diffusion de la culture de la Défense, pensons que les femmes ne doivent pas être un chiffre ou un pourcentage dans un agenda politique. Les femmes sont aussi des mères et cette date ne doit pas se résumer à la revendication des droits du travail et à une lutte cachée contre les hommes, en omettant le don de la maternité et le dur labeur que représentent la formation et l'entretien d'une famille, qui est l'avenir de la société. Nous contemplons, une fois de plus, comment le récit politique sur les femmes reste étranger à la réalité de la Défense, avec très peu de compréhension de l'action sociale dans les forces armées. Un symptôme de cela est les problèmes qui sont apparus avec la réconciliation et les opérations à l'étranger.
  • À cette date, il convient de se souvenir des femmes qui accomplissent un travail professionnel louable, mais aussi des autres qui restent dans l'ombre, celles qui contribuent au succès de la mission en garantissant la stabilité par un autre type de sacrifice. Ce sont des femmes instruites, formées, dont la grande majorité sont des femmes au foyer (non rémunérées), qui suivent pour la plupart la profession de leur mari avec les constants changements d'affectation, les absences pour manœuvres et les longues missions. Des femmes qui n'apparaissent sur la photo que lorsqu'un homme politique célèbre fait ses adieux ou reçoit un contingent déplacé, ou lorsqu'il y a des funérailles pour une personne décédée. Ils font tous partie de la mission et font de l'Espagne un grand pays.

Télécharger le communiqué de presse ?Les femmes et la politique de défense?