Plus de 30 pays ont adhéré à la déclaration du consensus de Genève, une déclaration dont l'axe est la protection des femmes et des filles. Par conséquent, nous pensons que la ministre de l'égalité, Mme Irene Montero, devrait demander au gouvernement espagnol de signer la déclaration.

Nous vous avons envoyé une lettre dont le texte intégral est reproduit ci-dessous :

Madame la Ministre,

Comme vous le savez, les gouvernements du Brésil, de l'Égypte, des États-Unis, de la Hongrie, de l'Indonésie et de l'Ouganda ont dirigé la signature virtuelle de la "Déclaration du consensus de Genève" le jeudi 22 octobre, à laquelle se sont joints plus de 30 pays. La Déclaration revendique les droits de l'homme universellement reconnus et cristallise en même temps des principes essentiels en faveur des femmes, de la famille et de la souveraineté nationale, qui devrait être au centre de toutes les politiques et de tous les programmes internationaux.

 Malgré l'articulation répétée de ces principes par les États membres de l'ONU, la politique de l'ONU au cours des dernières décennies a marginalisé les mères, relégué la famille et sapé la souveraineté nationale, tant sur le plan normatif que sur celui des programmes.

Pour cette raison, nous considérons la signature de cette Déclaration comme un événement historique et important. nous demandons au gouvernement de l'Espagne, par l'intermédiaire de son ministère de l'égalité, de rejoindre ce consensus de Genève.. Nous comprenons que ce ministère se reconnaît dans cette déclaration qui fait des femmes et des filles une priorité politique, notamment en matière de santé.

Nous mettons particulièrement l'accent sur le point 5 de la déclaration qui, selon nous, devrait être adressé au ministère de l'égalité.comme l'institution politique responsable de la protection des droits des femmes et des filles :

Nous réaffirmons que " la famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État ".[1]que "la maternité et l'enfance ont droit à une attention et une assistance particulières".[2]et que "les femmes jouent un rôle décisif dans la famille".[3]ainsi que la réaffirmation de la contribution des femmes au "bien-être de la famille et au développement de la société".[4].

La Déclaration réaffirme les principes qui sous-tendent le binôme féminité-masculinité, la défense et la promotion de la maternité, à laquelle il convient de reconnaître une dignité et une valeur incalculables, garantissant son soutien social et politique, et des valeurs telles que la reconnaissance du rôle des femmes dans la famille et dans la société.

Pour toutes ces raisons nous demandons que votre ministère signe la déclaration au nom du gouvernement de l'Espagne.

Sincèrement vôtre,

 Leonor Tamayo

Plate-forme Women of the World

[1] Assemblée générale des Nations unies. (1948). "Déclaration universelle des droits de l'homme" (217A [III], article 16, paragraphe 3). Paris.

[2] Assemblée générale des Nations unies. (1948). "Déclaration universelle des droits de l'homme" (217A [III], article 25[2]). Paris.

[3] Quatrième conférence mondiale des Nations unies sur les femmes. (1995). Déclaration et programme d'action de Pékin. (Annexe II, paragraphe 29). Pékin.

[4] Ibid.