Mercredi 22 janvier dernier a eu lieu à Genève, siège du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, l'Examen Périodique Universel de l'Espagne au cours duquel notre représentante Aida Lorca était présente pour écouter le rapport des principaux objectifs atteints au cours des 5 dernières années, présenté par Fernando Valenzuela, Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères et pour considérer les nouvelles recommandations faites par les autres Etats membres.

En ce qui concerne notre domaine de travail (les femmes et la maternité), nous sommes très préoccupés car à aucun moment il n'a été question des droits des mères qui travaillent sur le marché du travail, ni des mères qui se consacrent exclusivement à la famille, et encore moins des jeunes femmes qui veulent avoir des enfants mais ne peuvent pas le faire. Rien, zéro.

En revanche, ce que l'Espagne a salué comme un progrès, c'est sa lutte contre la violence de genre, la réduction de l'écart salarial, l'augmentation progressive du congé de paternité, la parité dans le pouvoir exécutif, la création récente du ministère de l'égalité ? mais absolument pas une seule référence à la maternité.

Le seul pays qui a souligné la nécessité pour le gouvernement espagnol de protéger la famille en tant qu'élément social fondamental est l'Égypte. Les autres pays se sont concentrés sur l'omniprésente égalité des sexes qui, pour nous, est une erreur puisqu'elle est fondée sur une idéologie qui nie les différences entre les hommes et les femmes.

Nous sommes très déçus, car en effet, dans le rapport complémentaire qui résume les contributions faites par les ONG, ils soulignent notre préoccupation concernant le harcèlement moral des mères, qui est une discrimination évidente dans le travail en raison de la maternité, et la non-reconnaissance de ce phénomène signifie qu'il existe de nombreux cas, mais qu'ils sont difficiles à prouver.

À Women of the World, nous continuerons à travailler au niveau international pour être la voix des femmes qui s'expriment au nom des femmes et pour contrer le langage sexué qui sème la confusion et nuit en fait aux droits des femmes.

Si vous souhaitez lire notre contribution complète, elle est disponible à ce lien : https://www.womenworldplatform.com/files/20200123175611-aportacioneswowepuespana2020.pdf

Merci et continuez à faire du bon travail